in

Voici l’astuce (qui fonctionne à tous les coups) pour réussir ses spaghettis al dente d’après la science

Voici l'astuce (qui fonctionne à tous les coups) pour réussir ses spaghettis al dente d'après la science

Les spaghettis sont les pâtes préférées de nombreux Français. Il faut dire que ces pâtes ont tout pour plaire. Elles savent séduire petits et grands. Elles se marient aussi parfaitement avec différentes associations, de la recette la plus basique aux plats les plus élaborées. En accompagnement ou en plat unique, les spaghettis s’invitent sur toutes les tables. Il y en a pour tous les goûts. Néanmoins, si on veut les déguster dans les règles de l’art, c’est bien une cuisson al dente qu’il faut privilégier. C’est là que les choses se compliquent parfois ! 

Afin de ne pas s’attirer les foudres de nos voisins italiens, maîtres de la pasta, il vaut mieux ne pas faire n’importe quoi pour la cuisson de vos spaghettis ! Si vous faites partie de celles et ceux qui les cassent avant de les plonger dans l’eau, on ne peut garantir votre sécurité. Cet acte peut être considéré comme une offense extrême. Après tout, si vous voulez manger des pâtes petit format, achetez donc des coquillettes ! Ce comportement déviant mis à part, l’autre sujet de débat intense porte sur la cuisson des pâtes. Comment réussir à tous les coups une cuisson parfaite ? 

Tout le monde a un avis sur la cuisson des spaghettis 

Faites l’expérience et interrogez les gens autour de vous pour connaître leurs astuces de cuisson. Certains découvrent à peine qu’il fallait attendre que l’eau boue pour plonger les pâtes à l’intérieur. Pas la peine d’attendre beaucoup d’informations de leur part. Pour les autres, on a souvent droit à quelques incontournables, malheureusement souvent basés sur des idées reçues. La petite touche d’huile d’olive dans l’eau, c’est non ! Ce n’est pas parce qu’on met de l’huile d’olive partout que l’on peut prétendre au titre de champion de la cuisine italienne ! D’ailleurs une bonne huile d’olive ça se respecte aussi. Si on veut l’utiliser, c’est éventuellement après cuisson et égouttage, pour apporter une vraie saveur. 

Les pâtes colleront avec ou sans huile si vous n’êtes pas vigilant. C’est notamment durant les premières minutes qu’il faut veiller à bien mélanger pour éviter que les spaghettis n’adhèrent entre eux. On veillera bien entendu à utiliser un récipient assez grand. On pardonnera aux étudiants qui n’ont pas une batterie de cuisine de pro. Mais, si votre objectif est de vous nourrir essentiellement de pâtes, autant investir dans du matériel adapté. Pas la peine non plus de dépenser des litres d’eau. Il faut un juste milieu. Assurez-vous que les pâtes ont suffisamment de place pour ne pas rester compactées mais n’oubliez pas non plus que l’eau est une ressource à préserver.

Quand la science s’en mêle 

La méthode du jeté de spaghetti contre le mur n’est pas une approche scientifique. De plus, votre cuisine n’a pas forcément besoin d’être repeinte avec des traces d’amidon. Si vous pensiez que les chercheurs ne savent pas s’amuser, détrompez-vous ! Une équipe américaine s’est lancée dans l’étude de l’impact des facteurs de cuisson sur le gonflement, le ramollissement et l’élasticité des spaghettis. En somme, ils ont fait tout un tas d’expériences et de calculs complexes pour savoir comment bien cuire vos pâtes al dente ! L’histoire ne dit pas s’ils ont consommé toutes les pâtes utilisées durant leurs expérimentations. 

À lire également : 

La science a quand même besoin des chefs ! 

Les résultats de l’étude, publiés dans Physics of fluids, comportent de magnifiques équations. On parie que vous n’auriez jamais pensé que votre plat hebdomadaire de spaghettis pouvait avoir l’air si compliqué ! Les chercheurs se sont basés sur des mesures d’extension et de gonflement des pâtes pour déterminer la cuisson idéale mais surtout comment la réaliser. Il semble que les recommandations lues sur les paquets de pâtes ne soit pas toujours efficaces pour atteindre le nirvana de la pasta. En fait, certains facteurs auraient une influence majeure sur la cuisson. 

Les scientifiques ont montré que le taux de sel dans l’eau entraînait des différences importantes dans le temps de cuisson et la textures des pâtes. (Si vous ne mettez jamais de sel dans votre eau de cuisson, on vous invite à rejoindre les adeptes de l’huile d’olive, dans la salle de la honte). Ces résultats pourraient, d’après l’équipe à l’origine de ces travaux, apporter des éléments utiles aux fabricants. Néanmoins, la méthode de mesure utilisée dans cette étude ne semble pas forcément dépasser l’approche des chefs qui consiste à tester tout simplement la cuisson en goûtant. Pour la méthode unique de parfaits spaghetti al dente, rien ne vaut l’expérience. À vous de cultiver votre “mama” intérieure !

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.bibamagazine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    À quoi servent les lignes horizontales sur l’arrière de la voiture ? Elles sont indispensables actuellement

    D'après une étude, voici pourquoi vous devriez manger des pâtes 3 fois par semaine

    D’après une étude, voici pourquoi vous devriez manger des pâtes 3 fois par semaine