in

Des résidus chimiques dans le vagin à l’origine de naissances prématurés ?

Des résidus chimiques dans le vagin à l’origine de naissances prématurés ?

Pourra-t-on un jour prédire – et donc prévenir – les naissances prématurées ? Représentant 8% des naissances en France selon l’association SOS préma, elles interviennent avant la 37e semaine de grossesse. Selon une nouvelle étude américaine publiée ce 12 janvier dans la revue Nature Microbiology, des produits chimiques retrouvés dans le vagin de femmes enceintes pourraient avoir un impact sur la survenue de naissances prématurées.

Les chercheurs de l’université de Columbia ont suivi 232 femmes dans leur deuxième trimestre de grossesse jusqu’à la naissance de leur enfant : parmi elles, 80 ont accouché prématurément. Ils ont particulièrement porté leur attention autour du métabolome vaginal, soit l’ensemble de petites molécules que l’on trouve dans une partie du corps. “Le métabolome peut être considéré comme une lecture fonctionnelle de l’écosystème dans son ensemble”, indique dans un communiqué le Pr Tal Korem, qui a participé à l’étude.

Constat : les femmes ayant accouché avant 37 semaines de grossesse présentaient un taux particulièrement élevé de substances chimiques non-organiques, c’est-à-dire qui ne sont produites ni par les humains ni par les microbes. Si la source de ces produits n’a pas été formellement identifiée chez les participantes, l’étude affirme qu’ils pouvaient aussi “être trouvés dans les cosmétiques et les produits d’hygiène.

Nos résultats suggèrent que nous devons examiner de plus près si les expositions environnementales courantes causent en fait des naissances prématurées et, si c’est le cas, d’où proviennent ces expositions, a déclaré dans un communiqué le Pr Korem.

Prévenir les naissances prématurées

Aujourd’hui encore, il n’existe aucun moyen pour prédire ou prévenir les naissances prématurées spontanées. Mais “la bonne nouvelle est que si ces produits chimiques sont à blâmer, il peut être possible de limiter ces expositions potentiellement nocives”, continue-t-il.

Nos résultats démontrent que les métabolites vaginaux ont le potentiel de prédire, des mois à l’avance, quelles femmes sont susceptibles d’accoucher tôt“, affirme l’étude. Un algorithme basé sur les niveaux de développement est ainsi en cours par l’équipe de recherche mais doit encore être amélioré et validé avant de pouvoir être utilisé en clinique.

Si elle est confirmée, cette découverte pourrait apporter de l’espoir dans la recherche contre la prématurité. Selon l’enquête nationale périnatale menée par l’Inserm et Santé Publique France de 2022 portant sur l’année 2021, le nombre d’accouchements prématurés ne baisse pas depuis 2016.

Sources :

  • Preterm birth is associated with xenobiotics and predicted by the vaginal metabolome, Nature Microbiology, 12 janvier 2023
  • Preterm birth linked to chemicals found in the vagina, Columbia University Irving Medical Center, 13 janvier 2023

CET ARTICLE A ETE COPIE SUR www.topsante.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Peut-on consommer du CBD quand on est enceinte ?

    Peut-on consommer du CBD quand on est enceinte ?

    Catherine Deneuve renversante : elle se dévoile en manteau léopard XXL et mocassins tendance

    Catherine Deneuve renversante : elle se dévoile en manteau léopard XXL et mocassins tendance